Journal de Lisieux, son canton, son Agglo et du Pays d'Auge, paraissant quand il a le temps

Adresse postale : 3 rue Marie Curie - 14100 LISIEUX

        

Messagerie : echo.joli@wanadoo.fr 

 

Accueil Remonter Facebook Liens

 

 

FORAINS ET "GENS DU VOYAGE"

 

MISE À JOUR DU 26.09.2020

 

LES MANOUCHES SONT

 

DANS LA PLAINE

 

 

MISE A JOUR DU 29.07.2020 : Comme l'an dernier, arrivage massif. Problème, pas de sanitaires apparemment, donc ceux du stade Dujardin à droite auraient été à nouveau fracturés, détruits et souillés (mais rien dans la presse pas de stigmatisation). Pour l'eau pas de soucis la borne à incendie est squattée, le gadgo est chargé de la facture. Je n'ai pas vu où était l'alimentation électrique --gratuite ça va de soi-- peut être que c'est l'installation du stade qui a été "mise à contribution". Je n'ai pas trop traîné, vu que des clébards de première catégorie en vadrouille ne sont pas très aimables. Deux dépôts d'ordures sauvages, mais ce n'est pas forcément eux (il y en a qui en profitent pour leur faire porter le chapeau). Bref, la routine.

Ce sont les mêmes (la tente qui sert d'église évangélique est identique) avec leur pasteur qui "n'était pas d'accord" avec SUPER TROUILLARD. Je n'ai pas retrouvé la photo, mais il avait déclaré "on est pauvres" devant une alignée de camionnettes Mercedes flambant neuves.

Ce sont donc plusieurs centaines de personnes qui sont réunies, les gestes barrières ne doivent pas vraiment les concerner. On se rappelle que les gitans de la région de Perpignan ont payé un lourd tribu au Covid-19. Dans quinze jours on va nous raconter qu'il y a un cluster à Lisieux, et que c'est de la faute des racistes.

En attendant, ça écume la campagne et c'est intense vu la circulation à l'entrée du camp retranché. On me signale qu'une personne de 93 ans s'est retrouvée avec un matelas et a été délestés de deux chèques, a priori en blanc. Le commissariat n'aurait pas voulu enregistrer la plainte, finalement il a été conseillé à la famille d'aller directement au greffe du tribunal d'instance. Les gendarmes d'Orbec ont finalement pris la plainte nécessaire pour faire opposition. L'animosité entre les perdreaux à plumes bleues et les rempailleurs de chaises est plus que centenaire. On apprend au passage que le commissariat ne prendrait plus de plaintes le samedi et le dimanche, il faut aller à Orbec. Franchement...

A suivre, car la suite risque d'être cocasse quand les chèques vont arriver à la banque et que les zélus vont être obligés de cracher le morceau sur le montant des dégâts. En tous cas il y en a un qui a été mis directement dans l'ambiance, c'est le délégué de l'Agglo aux "gens du voyage" qui ne déçoivent jamais... du voyage.

Rangers vos poules !

 

https://actu.fr/normandie/lisieux_14366/lisieux-colere-elus-apres-degradations-stade-dujardin_27323447.html 

 

Une histoire empoisonnée

 

MAJ 12.07 : J'apprécie de pouvoir me payer la fiole des nomades, qui font quand même très fort dans le doigt d'honneur aux Lois de la République, et qui ont réussi l'exploit d'être chouchoutés par les HAM de tous poils, et l'armée Mexicaine des biens pensants politiquement corrects, de l'extrême gauche aux franges flottantes de l'UMP. Après, on tombe sur ce cher Jean Marie, et là le discours change.

Il faut dire qu'un certain Adolf, en donnant dans l'extermination de ce que les nazis considéraient comme des "untermenchen", a en quelque sorte donné quitus aux survivants pour se foutre de notre gueule de "gadjos".

Bref, tout est permis, y compris détruire systématiquement les terrains d'accueil que nous nous ruinons à réparer, et à s'installer n'importe où n'importe quand, et se foutant totalement des propriétaires victimes, des maires, du préfet et des juges.

C'est ainsi que mardi matin, un campement s'était installé en plein milieu de commerces et d'entreprises.

Poussé par la curiosité, je me suis rendu au terrain officiel des "gens du voyage", haut lieu de l'incinération des câbles électriques et autres matériels contenant du cuivre, dont parfois des transfos au pyralène, bonjour la dyoxine et les furanes, sans compter les composés fluorés.

Ils en sont les premières victimes d'ailleurs, mais la CMU va réparer tout ça, normal, tous ces joyeux drilles sont au RSA, dixit ceux qui ont envoyé balader Firmin lorsqu'ils ont envahit l'hippodrome avec leur camionnettes blanches Mercedes flambant neuves, il n'y a pas si longtemps.

J'ai bien aimé le panneau "dératisation en cours" et les deux têtes de mort, à deux pas d'un magasin populaire où des parents victimes du consumérisme viennent avec des gosses disons turbulents, sans qu'une quelconque protection des gadjé ait été mise en place (un banderolage genre "scene crime" n'eût pas été superflu).

Apparemment la première tournée "d'appâts empoisonnés" n'a pas suffit, et on a remis ça par un deuxième arrêté. Firmin doit flipper un max, imaginons un instant qu'un gosse de nomade fasse une indigestion, la 2 débarque avec Pujadas, Harlem Désir hurle, Taubira fulmine, et Normal 1er fait euh euh, etc...

Les clichés accablants n'ont pas besoin de commentaires, si ce n'est que je n'ai pas vu de rats crevés, mais beaucoup de lapins bien vivants, ravis d'avoir enfin la paix. Le poison, vu du point de vue de l'authentique écolo que je suis, est une arme à double tranchant qui se retourne toujours contre l'empoisonneur,  car elle dégomme non seulement la cible, les rats commensaux opportunistes qui profitent des dérives en matière d'hygiène des résidents des lieux, mais aussi la faune des prédateurs carnivores (renards, petits mustélidés, rapaces). Même ce brave hérisson peut être victime de ces pratiques d'un autre âge, le problème étant qu'il est parfois au menu de barbecues improvisés.

Il n'en reste pas moins que le tas de cendres hautement toxiques devrait être nettoyé dans les règles de l'art par une entreprise spécialisée et expédié en décharge industrielle de classe 1. La facture passera dans les décisions du maire, qui du fait de cet article, est coincé, et ne va pas pouvoir faire faire ce sale boulot par les employés municipaux, des innocents type Bac Environnement ou des clandés au schwartz.

A suivre....

 

 

 

 

LES FORAINS VONT BLOQUER LA

 

VILLE 10 JOURS AVANT NOËL

 

Pour les épisodes précédents c'est par ici

 

 

 

 

MAJ 17.11 : Il fallait s'y attendre la prise de pouvoir d'une nouvelle équipe à la tête de l'association des commerçants, dont les "potes à Nanard" et un conseiller municipal, ne pouvait que se traduire par des renoncements allant dans le sens des desiderata de la mairie.

AUBRIL qui cédait un peu plus de terrain aux forains de la fête à neuneu chaque année, s'est encore plus "couché", en baissant son froc, cette fois.

La foire, qui bloque la moitié des places du centre ville en plein dans les achats de Noël, va s'installer du 15 décembre au 17 janvier. Rappelons que c'est un mois de villégiature aux frais de la princesse.

Après d'âpres batailles, avec des interlocuteurs bourrés, Philippe Paisant et moi même étions parvenus à une installation deux jours avant Noël, mais en nous faisant menacer physiquement à la sortie, faut assumer.

C'était cousu de fil blanc, si on se réfère au spécimen de chèque cadeau scanné ci dessus.

Va proposer une animation après.

A la limite, il n'y aura plus de réunion à la mairie avec les commerçants pour faire rizette, les objectifs sont atteints, démembrer le commerce de centre ville au bénéfice de la périphérie en général et aux Hauts de Glos en particulier.

Ou alors la camarade Poinard a intérêt à sortir son armure.

 

 

 

Cliché d'origine Le Pays d'Auge. C'est difficile de faire autrement, l'ECHO JOLI

n'étant pas invité à ce genre de mascarade.

 

 

MAJ 30.12 : Il y a 5-6 ans une personne était "embêtante", Philippe Paisant, qui, à la tête de Pro 2000, avait ferraillé (avec mon aide) pour obtenir une arrivée des forains la veille de Noël (le 24), et les faire déguerpir juste avant les soldes d'hiver. Car les forains font l'essentiel de leur chiffre sur une dizaine de jours.

Après c'est le camp de vacances, et l'entretien des manèges et du matériel (d'où la furieuse note d'électricité), qui peut très bien être fait ailleurs qu'en centre ville. L'argument selon lequel il font travailler le commerce de centre ville fait rigoler, ils vont chez Tonton Edouard (en face du Parc Expo), et à part quelques commerces de bouche et les bistrots, personne ne les voit, par contre ils découragent les vrais clients de venir.

Au détour de l'article de complaisance on apprend que la très moche Place de la République restera tel quel, alors qu'ils viennent de lancer une onéreuse étude de l'aménagement du centre ville. Le bureau d'étude est déjà plombé dans ses possibles propositions.

En filigrane derrière tout cela, la seul question qui les turlupine c'est de couler le centre ville et ses commerces, seul moyen de remplir les 13 hectares de l'Ellipse. Ce qui voudrait dire a contrario que pour ce projet pharaonique, c'est pas gagné. D'ailleurs, comme une commission consultative a été mise en place pour que les élus d'opposition puissent s'exprimer sur ce que bricole en secret la CCLPA, on aimerait bien que le premier sujet abordé soit ce fameux projet. Et après, on passera aux menus problèmes de fonctionnement de l'école de musique.

 

 

BRÈVES DE COMPTOIR

SUR CE SUJET

 

Pour les brèves de la semaine, c'est par ici

 

Pour les brèves du mois, c'est par ici

 

Pour les vieilles brèves, c'est par ici

FORAINS, FUITES A 25000€

 

MAJ 28.01 : Sont repartis un peu la queue entre les jambes après leur villégiature polaire. Comme d'hab, Firmin et ses acolytes se sont prêtés à la mascarade de la remise d'un chèque de 2000€ en faveur "d'associations", sans plus de précision (?).

On aimerait connaître la facture d'électricité (en temps ordinaire dans les 60000€).

Celle d'eau atteindrait les 25000€, car ces braves prédateurs l'ont laissé couler des bouches d'incendie "pour éviter que ça gèle".

Une petite lettre va partir pour faire un point financier.

Ah !  parce que vous croyez qu'un droit de place est perçu ?

Mais madame, vous rêvez. Non, non, c'est gratos.

Evidemment, faut pas compter sur notre trouillhumaniste de maire pour faire quelque chose, il a même souligné "qu'il ne fallait surtout pas toucher à la place de la république" pour pas contrarier.

Nos deux urbanistes compétents et dévoués que sont "monsieur un logement" et notre marquise enchignonée n'ont plus qu'à s'écraser.

 

 

 

 

MAJ 23.12 : Il arrive parfois que l'on prenne ses désirs pour des réalités. Une petite rectification s'impose : traditionnellement la fête foraine démarrerait le samedi d'avant Noël. Mais absolument rien n'est écrit, il n' a aucun contrat entre la ville et les forains, qui eux même ne se sont pas dotés d'une instance représentative, même informelle.

Un maire fait donc absolument ce qu'il veut pour l'occupation de l'espace public dans ce genre de circonstances.

C'est à lui de peser le pour et le contre entre plusieurs exigences contradictoires : animer la ville et de permettre aux populations de s'amuser un peu dans ce monde de misère, ménager le stationnement et par voie de conséquence l'activité commerciale, une certaine solidarité avec les populations nomades qui doivent pouvoir travailler, et la bonne tenue des comptes, car la facture d'électricité, avec le froid, va être gratinée (de l'ordre de 60000€).

On remarquera au passage que le public est plutôt jeune, et ne vient pas du centre ville où les anciens sont largement majoritaires. La fête aurait lieu à HOTVIL ce serait pareil.

Pas de bol pour les commerçants sédentaires qui payent une bonne partie des impôts d'une ville pauvre, non seulement la ville a été bloquée une semaine complète, mais en plus les intempéries ont profondément influé sur une fréquentation catastrophique.

Même les forains ronchonnent : il n'y avait plus de sel, et les employés municipaux ont fait une partie de pelle à sel en l'air à la mairie sous prétexte qu'ils sont persécutés par "certains" élus. Ce serait pas Gilbert et notre marquise Dominique ?

C'est vrai qu'il faut se les fader les garde-chiourmes.

 

MAJ 17.12 : Vu hier soir les forains arriver, la place de la République était déjà entourée de barrières. C'est parti pour un mois de camping gratos.

Il est pas gentil notre Bernard, fait risette au marchand de chouquettes.

 

MAJ 11.12 : Comme je commence à connaître mon Aubril par coeur sur le bout des doigts, c'est comme à la guitare, je trouve tout de suite les accords.

Les professionnels et non pas uniquement les commerçants étaient conviés à une "réunion" à la mairie mercredi soir. Evidemment, les représentants de PROCOM (l'assoc des pros qui a pris la suite de PRO2000), dont votre serviteur, étaient présents. Les dossiers de la signalétique, de la saleté de la ville (tags) (les commerçants de la rue de la gare sont pas vraiment joyeux), du stationnement, etc... n'ayant pas évolué, on a eu le droit aux mêmes propos lénifiants.

Le tout dans une ambiance guindée, l'annonce de chaque orateur par la communicante de la mairie était un peu pathétique.

Pour la signalétique c'est d'ailleurs très mal engagé puisque les compétences de la communauté de commune et de la ville se chevauchent. En général on juge la signalétique d'une ville à celle qui indique le camping. Si tu te paumes, avec la caravane aux fesses dans une rue étroites sans issue, c'est que l'élu qui dirige les services techniques est un nul. Faites l'essai à Lisieux, vous allez rigoler.

Une page va être consacrée au commerce sur le site de la mairie, ce qui est une bonne initiative, mais ils ne se rendent peut être pas du boulot que ça représente (une personne à plein temps). Nous avions essayé à PRO2000 et nous nous étions plantés, car il faut du personnel qui sache gérer un site, ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Nous avons appris que PROCOM allait recevoir 6000€ pour 2009, normal quand on sait que nous organisons la manifestation qui fait venir le plus de monde à Lisieux (la broc), même le critérium à Nanard fait moins bien. Il n'empêche que le recrutement est difficile, forcément, quand c'est toujours non de la part de la mairie, c'est difficile de motiver.

Monsieur "un logement mais il veut en démolir 76 alors maintenant en a moins 75"*** a pris la parole pour rappeler qu'il faut déposer un dossier pour refaire une vitrine. Bon,

compris on va transmettre à Gégé. C'est vrai qu'un restaurant Chinois préfèrerait des dragons au portrait de Sainte Thérèse pour attirer le chaland Bd Sainte Anne.

Mais évidemment le véritable but de ce pince fesse n'était pas là : il s'agissait d'une diversion, d'un enfumage, de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

L'objectif était d'avoir bonne presse (facile, c'est aux ordres), et d'amadouer pour minimiser la fronde qui ne saurait tarder à éclater :

En effet, AUBRIL a capitulé en rase campagne et s'est couché devant les exigences des forains.

Cette année, ils vont nous débarquer dans les pieds dès le vendredi 18 décembre et repartir après un mois de villégiature très très cool avec électricité gratos pour faire tourner et réparer les manèges.

Oui, VOUS AVEZ BIEN LU, toute la semaine avant Noël sans stationnement en ville, et en plus le parking du MONOPRIX est encore en travaux.

En prime, ils vont encore une fois se payer notre fiole en donnant 300€ pour une quelconque bonne oeuvre.

On comprend d'ailleurs un peu mieux les propos tenus par Aubril, qui auraient pu l'emmener en correctionnelle s'il ne bénéficiait pas de protections exorbitantes, à propos des nomades.

Il faut dire que les forains et les nomades, c'est des coriaces. Ils ont parfaitement pigé que le fait de rappeler qu'ils ont été persécutés, voire exterminés à l'instar des Juifs, des homosexuels, des "asociaux" etc..., leur confère une sorte d'immunité leur permettant de manipuler les humanistes et de transgresser les lois dans la joie et la bonne humeur en poussant des cris d'orfraie si quelqu'un s'oppose à leur ukases et veut les remettre dans le droit chemin. J'ai pu le constater lors d'une "négociation" qui a eu lieu il y a sept ou huit ans (Philippe Paisant était président de PRO 2000). 

Ils sont arrivés tous bourrés et leur chef a bien vu qu'avec moi il n'avait pas affaire à un "gadjo". Ce fut très houleux, avec menaces de blocus, d'actions de force, et un moment, le chef a sorti : "j'ai vu tout de suite que tu n'étais pas humain". Et oui mon pote, vous ne me faites pas peur, de toutes façons le droit est de mon côté, c'est vous les hors la loi. Le AUBRIL, il est beaucoup plus tendre.

Mais en cédant une fois de plus, et de quelle manière, une semaine de pagaille de stationnement pendant la période la plus cruciale pour les commerces de centre ville,  il vient de se mettre à dos les forces économiques.

 

***Il y a 76 appartements dans l'immeuble de la place du 8 mai. Paul Mercier, adjoint au logement.

 

BRÈVES DE COMPTOIR,

HUITIÈME TOURNÉE

 

LES NOMADES ET LE BUS DE LA CAF (19.01) : incroyable, des humanistes Caennais passent avec un bus dans les camps pour "les aider à remplir les formulaires de la Caf". Et à rentrer dans le droit chemin, des cours oraux de code pénal, c'est pour quand ? Rappel : la CAF est payée par les entreprises, vous savez, les victimes qui se font piquer leurs stocks de métaux.

 

LES NOMADES ET LEUR TERRAIN (22.01) : à 700000€ pour 30 places soit la bagatelle de 23000€ unitaire, ça va déjà pas. C'est trop cher, 3€ par jour et il y a des trous dans le revêtement. Pas de clôture (la dernière avait échoué chez un ferrailleur après démontage).

Coût annuel de la petite plaisanterie (frais de personnel) 83000€. Ca fait combien de kilos de patates en moins pour les restos du coeur ?

Ils sont quand même merveilleux de candeur : "on est tous au RMI", faut donc deux générations pour acheter les camions mercos flambants neufs. La gestion est confiée à une assoc, on va bien voir.

Il se raconte d'ailleurs qu'en fait, les débrouillards en touchent plusieurs, de R'mi, les fichiers des CAF et des conseils généraux n'étant pas intercroisés. Quant aux plaques d'immatriculation, bien malin celui qui arrive à retrouver l'origine véritable du véhicule.

Seul un contrôle fiscal sérieux permet de démanteler ces systèmes mafieux. Mais bon.

Ils nous prennent vraiment pour des gadjos. Mais c'est la loi...

 

FORAINS, LA DESINFORMATION CONTINUE (09.01)

 Les forains, en villégiature pendant presque un mois en plein centre ville, pour se faire bien voir, font tous les ans vibrer la corde de guitare à Carla humanitaire. Cette année ils se sont fendus de 2000€ en faveur de la mucoviscidose et des restos du coeur.

Nous, contribuables, nous sommes fendus de la bagatelle de 100000€ d'électricité (évalué à la grosse), d'eau et de facture du SIDMA pour ramasser les monceaux faramineux d'ordures ménagères entassés de ci, de là.

C'est une mascarade à laquelle s'est prêté notre altruisto-humaniste maire. Remarquez, même Yvette y avait été plus ou moins contrainte, alors.

Grrrr....

 

OUEST FRANCE "LE FÊTE BAT SON PLEIN" (10.01)

 Vu le froid et le peu d'intérêt d'une fête foraine d'un autre âge, se serait plutôt "bat son vide", "bat la semelle", "bat froid", "bat tifole", etc...

 

 

A gauche, Bernard, menton martial, au centre Philippe Vacher, et à droite le très vindicatif pasteur itinérant. Cliché l'Eveil.

 

 

Quand on s'attaque à une peuplade intouchable, qui bénéficie de protections légales et occultes exorbitantes par rapport à celles d'un citoyen ordinaire, il faut éviter le ramdam, et agir dans la discrétion. C'est le contraire qu'a choisi Nanard, et faisant une belle connerie au départ, convoquer la presse, pour sa mise en scène ridicule du maire qui montre les dents jugulaire jugulaire. Les journalistes auraient du flairer l'instrumentalisation ce qui leur aurait évité de passer pour des larbins aux ordres.

Bien que ne connaissant pas toutes les ficelles du cadre législatif et administratifs régissant les nomades, il sont astreints semble-t-il à choisir un lieu de résidence. C'est donc nos nomades, bien Lexoviens, avec véhicules immatriculés dans le 14. De temps en temps, il faut bien revenir pour scolariser la progéniture, et remplir la paperasse pour le RMI, la CMU, le CCAS et diverses sources de revenus cool, et sonner aux portes des assocs humanistes pour tirer trois sous. En effet, voleur de poule à la base n'est pas répertorié comme métier à part entière dans la nomenclature du BIT.

Si vous voyez des 4x4 neufs et des camionnettes Mercos blanches devant les ASSEDIC, passez votre chemin, c'est eux, vous allez poireauter.

On est vite installé, c'est sain, tranquille, on voit arriver les pandores de loin, et pour les feuillées les gradins de l'hippodrome conviennent.

Pour l'électricité, il y a juste à raccorder sur l'éclairage public, et l'eau, une borne à incendie ouverte en permanence convient parfaitement. Une fois le cercle de caravanes fermé comme les chariots d'immigrants au far-west quand les méchants indiens attaquaient les gentils occidentaux, on peut installer les chantiers. La ferraille et le cuivre ayant beaucoup baissé et se faisant rare il faut toutefois se reconvertir, mais la déchetterie reste une ressource à piller nuitamment.

La religion s'en mêle puisque le chef de la tribu est... pasteur. On s'y perd dans les différentes obédiences, mais le seul élément tangible c'est que de toutes façons ils ne peuvent pas se blairer entre eux. Il va y avoir du grabuge quand les forains, eux aussi des cas, vont se pointer pour installer leur Club Med hivernal en centre ville le 15 décembre.

A la contradiction entre les modes de vie et la perception du travail déclaré s'ajoute une incompréhension spirituelle, le gadjo moyen étant plutôt catho.

Après cette mascarade inutile (de l'art de perdre son temps), intervention des baveux, tout le monde s'est retrouvé au Tribunal Administratif.

En fait, info OUEST FRANCE du 11.12, le jugement serait prononcé aujourd'hui 12.12.

Nos loustics étaient toujours là hier 10.11, la porte était grande ouverte, tout juste s'il n'y a pas à l'entrée une pancarte : "Bienvenue aux Flots", de prestations bien entendu.

Encore une fois, Bernard prouve sa totale incapacité à se faire respecter, et s'est fait rouler dans la farine comme une bleusaille.

C'est pas comme ça qu'il faut s'y prendre mon pote.

Episode comique, dimanche dernier a eu lieu un "rodéo" dans la zone, de 200 "mobs", genre fureur de vivre, mais petit bras. Si ça se trouve, c'est eux qui ont appelé les gendarmes.